Cafedomancie

Cette divination par le Marc de café date probablement de la fin du XVll eme siècle. Le premier ouvrage qui en parle est du à un Florentin, le devin Thomas Tamponelli.

L’art de lire l’avenir dans le marc de café est aussi ancien que le café lui-même. Le café turc et dire la bonne aventure sont inséparables et, font partie du plaisir et de la conversation associés au café. Le café oriental est le seul qui permet d’exercer cet art.

À la fin du 17ème siècle en Europe, ce rituel se propage et devient même très à la mode à Paris, avant de s’étendre à l’Autriche, la Hongrie et l’Allemagne.
Après avoir bu le café, la tasse est placée à l’envers sur sa soucoupe. Il convient de laisser refroidir complètement la tasse et le devin examine les figures et les mots formés dans le marc. Les formes et les motifs laissés par les motifs sur la tasse et la soucoupe ont différentes significations symboliques.

Avant tout il convient que le résidu de café soit remué par la personne qui l’a bu et qu’elle retourne en personne la tasse en plaçant sa soucoupe sur celle-ci.
Une interprétation personnelle d’après ses propres ressentis est souvent plus juste que des définitions déjà écrites. Servez-vous de votre intuition.
Dans les harems, on passait une grande partie du  temps à cette pratique divinatoire, si passionnante qu’elle faisait oublier l’arrivée de la nuit. En Orient, on utilisait de petites coupelles basses en porcelaine blanche, sans anse ni décoration. On buvait le café à petites gorgées, lentement, en pensant à un problème précis, ou à une idée plus générale sur sa propre vie ou celle d’une autre personne.

Cette divination était préparée avec le plus grand soin. On compte, par personne, une cuillère de café finement moulu, l’équivalent en sucre et une tasse d’eau. On mélange lentement avec une cuillère en bois et l’on fait bouillir trois fois. On retire du feu et l’on attend quelques minutes puis l’on mélange de nouveau et on verse dans les tasses.

Durant la conversation, on boit le café à petits coups, en prenant soin d’en laisser suffisamment pour que la tasse ne soit pas sèche.
On pose ensuite la soucoupe sur la tasse comme un couvercle puis on retourne le tout. Certains interprètes demandent au consultant de tourner sept fois la tasse dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

D’autres y tracent des signes bénéfiques du tranchant de la main..
Pour nous Occidentaux dont les tasses ont une anse, la lecture part de la droite en mettant l’anse vers la gauche. Et lire dans le sens des aiguilles d’une montre.

Le bord de la tasse se rapporte à l’avenir lointain, aux voyages, aux surprises.
Le fond de la tasse concerne l’amour, les affections et les sentiments.
Les parois représentent le présent. Les traces extérieures indiquent le passé récent et le présent également.

Pour déchiffrer les symboles il suffit que l’image, choisie au hasard, suggère une quelconque correspondance avec l’une des 140 figures répertoriées.
Avec la pratique, les rapprochements se font sans peine et apparaissent de façon nette et précise.